Sidebar

nouvelles
... Les déplaçant de ce camp est un prélude à les déplacer vers l'extérieur de l'Irak et à tout Etat qui les accepte, ou peut-être si elles bénéficient d'une grâce, que le gouvernement iranien se les offrir ...
Bagdad, Al-Irakiyah télévision en arabe à 1158 GMT le 16 Décembre porte une de 52 minutes conférence en direct ou enregistrées nouvelles par irakienne Premier ministre Nouri al-Maliki, lors du Conseil des ministres du centre de presse à Bagdad; Répondant à une question à l'effet que certaines agences de canaux de nouvelles et spatiales sont «contradictoires» des déclarations faites par le Premier ministre et porte-parole officiel du gouvernement sur les Moudjahidin-e Khalq, si cet organisme va «être déplacé vers la périphérie de Bagdad ou à l'extérieur Bagdad, et si cela est un prélude à la déplacer à l'extérieur du pays ", Al-Maliki a déclaré:" Cette organisation a une mauvaise histoire en Irak. Il a commis des crimes contre les Irakiens. L'ancien régime a utilisé comme une agence de sécurité. Il a commis des massacres pendant les prières du vendredi à Kifri et Kalar contre les Kurdes. Dans les enregistrements de la plupart des États dans le monde, il est accusé comme une organisation terroriste. Sur la base de notre Constitution, la politique, et notre approche, nous ne pourrons jamais transformer l'Irak en un siège ou un passage pour toute organisation terroriste ». Il ajoute: «Notre politique et la constitution ne nous permettent pas d'accueillir l'une des parties qui provoque une crise avec n'importe quel état du monde. Par conséquent, nous ont empêché de nombreuses parties, qui ont cherché à utiliser l'Irak comme un tremplin à l'encontre des États arabes, et nous avons dit leur que nous ne permettrons jamais cela. Sur la base de ces introductions, le contexte et l'histoire, et à la sortie de protéger l'unité de l'Irak, la sécurité et la souveraineté, cet organisme n'a pas sa place en Irak. Ce ne sont que des mesures préliminaires pour mettre fin à leur existence. Nous avons parlé avec les États du monde et leur a dit que nous saluons tous ceux qui désirent les accueillir. Nous n'aurons pas la force de cette organisation de retourner en Iran ou de les extrader vers elle, mais nous n'allons pas permettre à une organisation, qui est accusée de terrorisme, de rester en Irak. Je ne pense pas qu'il y ait contradiction dans les déclarations. les déplaçant de ce camp est un prélude à les déplacer vers l'extérieur de l'Irak et à tout Etat qui les accepte, ou peut-être si elles bénéficient d'une grâce, que le Gouvernement iranien serait de leur offrir."