Le reportage a indiqué qu'Ali Motamed était en fait une nouvelle identité pour Mohammad-Reza Kolahi Samadi, qui est tenu pour responsable pour l'attentat à la bombe de 1981 contre le siège du Parti de la République islamique à Téhéran. L'attentat à la bombe a tué 72 politiciens de haut rang et membres du parti, dont le juge en chef, l'ayatollah Mohammad Behesthi, qui était considéré comme le numéro deux après le fondateur du ...

L'Albanie a déjà été utilisée pour héberger des indésirables. En 2005, les États-Unis y ont envoyé cinq détenus de Guantanamo Bay. Entre 2013 et 2016, Washington a également transféré 2 901 extrémistes Mojahedin-e Khalq (MEK) d'Irak, qui tentaient de les expulser depuis 2003. Maintenant, l'administration Trump dit à l'Albanie d'accueillir et de déradicaliser l'ancien Etat islamique ....

Mujahideen-e Khalq (MEK) est un groupe notoire d'exilés iraniens qui semble avoir un soutien quasi nul en Iran, mais qui entretient depuis des années des liens significatifs avec les défenseurs du «changement de régime» de l'Iran et une liste bipartite de des shills prêts à prendre leur argent (dont ils ont beaucoup).

Entretien avec Yves-Bonnet Supporter de Mudjahedin-e khalq(OMK) et ancien patron de la DST

Au cours des derniers mois, le gouvernement français a présenté des positions et des déclarations contre l'Iran.

Bolton a participé à des rassemblements à l'appui des Mujahedeen -e-Khalq (MEK), un groupe dissident iranien exilé que les États-Unis classés comme une organisation terroriste jusqu'en 2012. La déconnexion évidente entre les visions du monde de Trump et Bolton rend difficile de comprendre pourquoi le président élu considère Bolton pour être son Haut diplomate. Mais sans politique étrangère ...

 Le passé violent de l'OMPI montre clairement pourquoi ses seuls amis restants sont ceux qui cherchent à tout prix le changement de régime en Iran … .

On pourrait penser que les Etats-Unis auraient appris maintenant, que ce n'est jamais une bonne idée d'armer des groupes terroristes dans différentes parties du monde, en raison de l'inévitable "retour" qui s'ensuivra après que ces groupes violents ne plus les soutenir, ou quand les USA veulent nier qu'ils ont une relation avec eux.

Les mudjahiden iraniens (Mudjahedin-e Khalq, OMK, MEK, CNRI, culte Radjavi ...) sont extrémistes (VIDEO) - Un manuel de formation, déjà utilisé pour former les enseignants dans le pays, sera également utilisé dans les écoles pour éduquer les enfants. Le manuel, publié par le Centre contre l'extrémisme violent, met en garde contre la menace pour la société posée par l'organisation Mudjahedin-e Khalq.

La nomination de John Bolton à titre d'adjoint du président, conseiller à la sécurité nationale, a suscité la controverse en raison de ses liens passés avec le groupe terroriste MEK. Maintenant, son rapport de divulgation financière publique révèle à quel point Bolton a été payé par le groupe pour prendre la parole lors de ses événements: «Evénements Mondiaux - Evénements Iraniens Européens 1er Juillet 2017». Washington éditeur de Al Monitor, Julian Pecquet, tweeté ...

Jusqu'à la révolution idéologique, l'OMK était un groupe politique avec un arrière-plan violent de la lutte contre le gouvernement iranien, mais après la Révolution idéologique a été déclarée et a commencé son règne, le OMK est devenu un culte destructeur avec une substance extrémiste terroriste. Il a fallu presque deux décennies pour tomber Saddam Hussein et le MKO va être désarmé par l'armée américaine. La chute du propriétaire ...

Pour échapper à de telles pressions, certains membres ont préféré ne pas sortir des camps de culte.

spécial

Entretien avec Yves-Bonnet Supporter de Mudjahedin-e khalq(OMK) et ancien patron de la DST

les-crises.fr
Intervention de Yves Bonnet, ancien préfet et ancien chef de la DST dans les années 80 sur le plateau de C dans l’air le 8 octobre 2012.
Il explique d’une part les modes opératoires pour quadriller les foyers terroristes, puis d’autre part l’alliance trilatérale entre les USA, l’Arabie et le Qatar dans le financement massif des groupes djihadistes en Afrique, au Proche-Orient et en Occident.
Transcription des interventions de Yves Bonnet, ancien Préfet et ancien Directeur de la DST (Direction de la Sécurité du Territoire) :
Autre intervenant (non identifié) : … Je ne crois pas qu’on soit encore menacés par une prise de pouvoir de force ; c’est plus occulte que ça. Encore une fois, tout ce qui est très très visible, et relativement facile à cadrer
YB : Sauf qu’il y à tout de même une propagande salafiste ; il faut quand même appeler un chat un chat : Il y en à deux qu’il faut citer, parmi les pays étrangers : le Qatar et l’Arabie Saoudite ! Ils ne se contentent pas seulement de payer les footballeurs du Paris St Germain, mais quand je vois le Qatar se préoccuper de la situation dans nos banlieues, de quoi se mêlent-ils ? C’est une grande démocratie, le Qatar ?
Présentateur : Yves Bonnet, excusez-moi, vous avez des éléments qui tendent à prouver, par exemple, que les cinquante millions d’euros que la Qatar vamettre, effectivement, dans le développement d’un certain nombre de projets dans les banlieues françaises va aller au financement du terrorisme ?
YB : Comme vous le savez, j’ai été Préfet ; je trouve absolument intolérable qu’un certain nombre de pays étrangers viennent s’occuper de la situation de nos banlieues. C’est à nous de le faire !
Présentateur : C’est une position de principe, mais sur le financement de ces groupes, est-ce qu’on est capables de dire qu’il y à des pays étrangers qui financent des petites cellules ?
YB : Mais attendez ; et l’Arabie Saoudite ? Quelle est la tolérance religieuse de ces pays ? Ce sont des pays qui sont la négation même de l’expression démocratique. Et ce sont ces pays qui viennent s’occuper de nos affaires ! Il y à une propagande salafiste, et tout le monde sait aujourd’hui que la propagande salafiste, mais pas seulement en France, dans les pays de l’Afrique sub-saharienne, est payée par l’Arabie Saoudite et le Qatar. Je pense tout de même qu’il faut que nous posions le problème de façon assez claire avec ces pays qui se prétendent nos alliés, nos amis.
Animateur : Donc le Qatar est un « faux-nez », d’une certaine manière, pour des gens qui ont envie de financer le terrorisme en France ?
YB : Ah ça, je suis incapable de vous le dire…
Animateur : Il est plus compliqué, en France, de surveiller et d’infiltrer des groupes comme celui qu’on vient de démanteler, ou de surveiller et infiltrer les groupes qui étaient responsables, par exemple, dans les années 80 des attentats à Paris ? Est-ce que ça a rendu le métier de surveillance et de renseignement plus difficile ?
YB : C’est-à-dire que le champ n’est pas exactement le même ; aujourd’hui on a un champ qui est pratiquement illimité dans la mesure où c’est l’ensemble de la population qui serait susceptible d’être concerné, alors qu’autrefois le champ était relativement plus restreint.
Animateur : Vous voulez dire que c’est aujourd’hui une aiguille dans une botte de foin ?
YB : Exactement ! Mais ce que je voudrais dire aussi, si vous me permettez de donner un petit coup de projecteur de plus haut, c’est que nous sommes, nous qui sommes une démocratie en train « d’assimiler », en quelque sorte, par ce vieux processus français, des populations nouvelles – qui sont des populations musulmanes et qui, globalement, ne posent pas de problèmes – nous sommes au confluent de deux grandes stratégies : Il y à eu la stratégie américaine de démolition de tous les régimes arabes laïcs. Ca a été fait systématiquement, on voit les merveilleux résultats, avec, je me permets de vous le dire quand même, le problème des chrétiens d’Orient, dont personne ne parle, qui ont disparu ou sont en train de disparaître d’Irak, qui vont disparaître de Syrie… Moi je suis désolé, je ne vois pas on ne prêterait pas aussi attention [à eux ?]. Je pense qu’il y à là aussi un gros problème qu’il nous faut [prendre en compte ?]. Donc il y à cette stratégie américaine, la démolition des régimes arabes laïcs, suspectés d’entretenir des relations plus ou moins sympathiques avec l’union soviétique. Ce sont quand même les américains qui ont fabriqué Al Qaeda, je suis désolé, c’est là un fait qui n’est plus contesté par personne…
Animateur : Ils ont financé les talibans face à l’union soviétique en Afghanistan.
YB : Absolument. Deuxième chose, il y à cette stratégie des pays du golfe qui est de faire monter le salafisme, de le répandre un peu partout. Je pense que nous sommes bien d’accord ; je dis au passage que le terme « d’antisémite » ne me convient pas du tout, parce que les arabes sont des sémites, et que vous avez les deux tiers des juifs qui ne sont pas sémites ; enfin passons, parlez plutôt de « judéophobie ».
Ces deux politiques ont convergé, parce que ces deux pays du golfe, en particulier le plus puissant , est l’allié indéfectible des Etats-Unis ; et nous sommes pris dans cet espèce de maelström, où nous essayons de préserver notre identité, notre démocratie, avec beaucoup de difficultés, mais il ne faut pas non plus jeter le bébé avec l’eau du bain, et je pense tout de même que nous sommes dans une société qui est en voie d’apaisement sur le plan de la vie entre communautés. Et je pense que vous êtes d’accord avec moi…
Animateur : Si vous le voulez bien , on passe aux questions SMS : un auditeur demande : »La France ne peut-elle pas refuser cet argent étranger ? » On pensait à l’argent du Qatar ; est-ce que parmi les missions de la DST, DCRI aujourd’hui, il est question de tracer l’argent étranger et de voir où il va ? Y compris quand il arrive avec le visa du gouvernement français ?
Louis Caprioli (conseiller du groupe GEOS – ancien de la DST) : Si cet argent arrive du Qatar, il est totalement blanc ; il va être déposé dans des banques françaises, gérées par, je sais pas, une banque spécialisée dans l’aide aux PME, on peut penser que tout ça est clair. Mais cet argent arrive effectivement suite à la vente de gaz, de pétrole…
Animateur : En poussant volontairement plus loin, peut-on imaginer dans une banlieue une levée d’impôt révolutionnaire islamiste, auprès de ces chefs d’entreprise ? Est-ce que vous l’avez vu ?
LC : Non. Je l’ai vu dans la mouvance kurde, le PKK oui, je peux vous dire qu’ils rackettaient les gens.
YB : je pense qu’il faut être très prudent sur certains versements de fonds. Tout le monde sait aussi que certaines mosquées sont financées par l’Arabie Saoudite ; vous me demanderez combien d’églises chrétiennes, sans même parler des synagogues, sont construites [dans ces pays du golfe ?]
YB : On n’ose pas parler de l’Arabie Saoudite et du Qatar, mais il faudrait peut-être aussi que ces braves gens cessent d’alimenter de leurs fonds un certain nombre d’actions préoccupantes.
La Dépêche : Comment jugez-vous ce tapis rouge qu’on déroule devant le Qatar en France ?
YB : Personnellement, je suis très choqué. Il va falloir un jour ouvrir le dossier du Qatar car là, il y a un vrai problème. Et je me fiche des résultats du Paris Saint-Germain.
La France doit-elle poursuivre sa politique interventionniste en Syrie, en Libye, au Sahel, en Ukraine, etc. ou devrait-elle plutôt revenir à la politique de non-ingérence prônée par Chirac ?
Il ne faut pas tout mélanger. La France a raison d’intervenir en Afrique subsaharienne et elle ne peut d’ailleurs faire autrement puisqu’elle est liée à ces Etats par des accords d’assistance et de coopération. En revanche, elle doit s’abstenir d’intervenir comme elle le fait en Libye ou failli le faire en Syrie. Nous n’avons aucune vocation à nous mêler de ce qui ne nous regarde pas !
Malheureusement, vous avez lu les commentaires de Bonnet et pris conscience de sa personnalité .
L'origine de son soutien aux hypocrites est la même façon de penser.