vue
. . . Le Gouvernement américain dans un rapport publié le lundi 31 octobre 1994 a dressé une liste d’accusations et de griefs à l’encontre de l’Organisation des Moudjahidin du peuple d’Iran de Massoud Radjavi. Tout au long de ce dossier abondamment documenté, «le Ministère d’Etat fait référence aux Moudjahidin comme à un groupe terroriste et maintient qu’ils ne constituent pas d’alternative désirable au présent régime ni une alternative viable» . . .
CHAPITRE 9 - Un rapport gênant Le Gouvernement américain dans un rapport publié le lundi 31 octobre 1994 a dressé une liste d’accusations et de griefs à l’encontre de l’Organisation des Moudjahidin du peuple d’Iran de Massoud Radjavi. Tout au long de ce dossier abondamment documenté, «le Ministère d’Etat fait référence aux Moudjahidin comme à un groupe terroriste et maintient qu’ils ne constituent pas d’alternative désirable au présent régime ni une alternative viable». (64) Fidèle à ses techniques éprouvées de propagande, l’OMPI a riposté au travers d’un ouvrage intitulé Democracy Betrayed publié par le bras politique de l’organisation, le Conseil de la résistance pour l’Iran basé en France à Auvers-sur-Oise. De nom-reuses références à ce livre ont été faites tout au long des chapi-tres de cette étude. Ce pamphlet commence par mettre en doute le sérieux des organismes qui aux Etats-Unis ont réalisé l’analyse incriminée. «Le rapport est caractérisé par des contradictions innom-brables, des falsifications et des distorsions de faits simples, non équivoques, passés et présents, aussi bien que par un manque de nouvelles sources et un usage sélectif de vieilleries. L’impression totale est un manque de professionnalisme Le Ministère explique que beaucoup d’agences du gouver-nement ont participé, mais le produit fini est contestable comme un devoir de fin de trimestre d’un étudiant de première année. (...) Les Ministères de la défense nationale (y compris l’Agence de renseignement de la Défense et les quatre services militaires), de la justice, du trésor et des transports; le Conseil du renseigne-ment national; l’Agence de la Sécurité nationale et la CIA sont parmi ceux nommés». (65) Et de relever des détails erronés insignifiants pour discré-diter l’ensemble. Une éthode chère aux experts du KBG qui pos-sédaient tous les secrets d’une intoxication fficace. Mais sur le fond des problèmes évoqués, rien! Les Moudjahidin réfutent des éléments mineurs mais ne démontrent pas l’inanité des faits qui parlent contre eux. Et sur-tout ils ne produisent pas de contre preuves irréfutables. Toujours dans le style inimitable de la dialectique en vigueur dans les mouvements de l’ultra-gauche, l’OMPI s’en prend personnellement à certains experts cités. En salissant tel ou tel, les Moudjahidin croient-ils encore qu’ils parviennent à cacher leur propre nature? Pour que le lecteur puisse juger par lui-même du sérieux apporté par Washington à la création de son rapport, voici la liste et la qualité de ceux dont la contribution a été requise. On constate d’emblée que les références sont solides et que rien n’a été laissé au hasard. La commission était composée des: Dr. Ervand Abrahamian, professeur d’histoire à l’Université de New York; Dr. Shaul Bakhash Clarence Robinson, professeur d’histoire à la George Mason University; Dr. Bahman Baktiari, professeur associé en Science politi-que de l’Université du Maine; Dr. Ali Banuazizi professeur en Psychologie sociale et en Histoire moderne de l’Iran au Collège de Boston; Dr. James A. Bill, directeur des Etudes internationales au College of William and Mary; Dr. Richard Bulliet directeur de l’Institut pour le Proche-Orient de l’Université de Columbia; Dr. Patrick Clawson de l’Institut pour l’étude de la stratégie nationale à l’Université de la Défense nationale; Dr. Richard Cottam, professeur émérite de Science politique à l’Université de Pittsburg ; Dr. Graham Fuller, spécialiste en Sciences politiques à Washington; Dr. Mark Gasiorowski, professeur associé en Science politique de l’Université de l’Etat de Louisiane; Dr. Gregory Gause, professeur associé de l’Université de Columbia ancien expert pour les Etudes arabes et islamiques pour le Conseil des Relations extérieures; Dr. Jerrold Green, Directeur de la recherche d’entreprise auprès du Ministère des affaires étrangères, ancien directeur du Centre pour l’étude du Proche-Orient de l’université d’Arizona; M. W. Scott Harrop, professeur associé de Science politique à l’Université de Virginie; Dr. Eric Hooglund, rédacteur en chef du Middle East Journal; Dr. Farhad Kazemi, professeur de Science politique à l’Université de New York; Dr. Nikki Keddie, professeur de Science politique à l’Université de Californie; Dr. Geoffrey Kemp, chercheur associé à la Fondation Carnegie pour la Paix Internationale; Dr Mohsen Milani, professeur de Science politique de l’Université de Floride du Sud; Dr. Roy Mottahedeh, professeur d’histoire à l’Université de Harvard; M. Mehdi Noorbaksh, de l’Institut pour la recherche en étu des islamiques à Houston, Texas; Dr. Rouhallah Ramazani président émérite du Woodrow Wilson Department of Government and Foreign Affairs de l’Université de Virginie; Dr. Khosrow Shakeri éditeur assistant de l’Encyclopaedia Iranian de l’Université de Columbia et membre fondateur de la Ligue pour les Droits de 1 ‘homme en Iran; Dr. Gary Sick, Senior Research Scholar, professeur associé de Science politique à l’Université de Columbia; Dr. John Waterbury, directeur du Centre international d’étu-des de l’Université de Princeton, ancien directeur de l’association humanitaire Human Rights Watch pour le Proche-Orient, ancient correspondant en Iran pour la BBC ; Dr. Marvin Zonis, professeur en Economie politique à l’uni-versité de Chicago. En résumé le gratin de ce que les Etats-Unis possèdent en matière de sciences politiques. Dès lors les assertions de l’OMPI dans ce contexte s’en trouvent singulièrement relativisées. Ce qui n’empêche nullement le mouvement de M. Radjavi de se plaindre amèrement de ne pas avoir été consulté. Sans doute pensait-il servir une nouvelle fois les thèses qu’il a produites sur fond d ‘histoire maquillée et tâcher de les imposer comme la seule vérité praticable. Demi-vérité = demi-mensonge Utilisant avec un art consommé le maniement de la demi-vérité et du demi-mensonge, l’OMPI arrive à manipuler son envi-ronnement avec une efficacité redoutable. Nous aurons l’occasion d’ y revenir abondamment. Mais comment ne pas donner un avant-goût de la question en se basant sur cette simple dépêche d’agence datée d’avril 2003. «Un demi millier de partisans d’une organisation d’oppo-sants iraniens basés en Irak ont défilé samedi dans le centre de Washington. Ils ont demandé l’arrêt des attaques des forces amé-ricaines ou iraniennes contre leurs bases. Un porte-parole du Conseil national de la résistance d’Iran, l’aile politique de l’Organisation des Moudjahidin du people d’Iran, a qualifié d’ «ahurissantes et regrettables» les attaques des forces américaines contre des camps moudjahidin. (...) L’armée américaine a annoncé jeudi avoir attaqué des combat-tants moudjahidin iraniens en Irak, que l’administration Bush considère comme des terroristes. (...) Le porte-parole, Alireza Djafarzadeh, a qualifié de «mensonges absolus» les informations faisant état d’une quelcon-que implication des Moudjahidin dans les affaires intérieures ira-kiennes». (66) Evidemment qu’il s’agit de «mensonges absolus» puisque l’OMPI devant tout à Saddam Hussein n’a jamais eu l’occasion de se mêler spontanément des affaires intérieures de l’Irak. Le raïs ne l’aurait jamais permis sauf lorsqu’il fit appel à elle dans des cas bien précis. Sur lesquels bien évidemment on passe comme chat sur braise. Dans leur réfutation frénétique de ce qu’ils ont été politique-ment et de ce qu’ils ont perpétré dans le cadre de leur combat, les Moudjahidin du peuple tentent de se refaire une virginité. D’apparaître aux yeux des opinions publiques comme fréquenta-bles et surtout comme légitimes. Car cette légitimité qui leur fait défaut en Iran, ils essaient de l’acquérir notamment en Europe. Encore faut-il se débarrasser d’un lourd passé qui trahit, hélas! pour eux, le présent et annonce le futur. «Afin de cultiver le soutien de gouvernements étrangers influents, en particulier des États-Unis et se rendre plus agréables à la population iranienne, les Moudjahidin ont récemment annoncé leur conversion aux principes de la démocratie libérale. Cependant, des soupçons prolongés demeurent quant au sérieux comme à l’ampleur de ce à quoi ils ont renoncé (ou à quoi ils sont disposés à renoncer, si ils obtiennent le pouvoir) réelle-ment de leur idéologie antérieure» s’inquiètent des observateurs. (67) Seulement le gouvernement de George W. Bush ne manifes-tera aucune mansuétude et aucune compréhension envers des organisations ouvertement anti-impérialistes et qui ont aux yeux de la présidence américaine le grave tort d’avoir assassiné plu-sieurs de ses concitoyens.

Nouveaux articles

Ce Sont Des Extrémistes

Les mudjahiden iraniens (Mudjahedin-e Khalq, OMK, MEK, CNRI, culte Radjavi ...) sont extrémistes (VIDEO) - Un manuel de formation, déjà utilisé pour former les enseignants dans le pays, sera également...

Nous Détestons Mudjahedin-e Khalq

Dr. Raz Zimmt étudie les réponses des médias sociaux iraniens à la conférence annuelle de Mudjahedin-e Khalq, un groupe d'opposition iranien dont le soutien à l'Irak pendant la guerre Iran-Irak...

Rohani Demande à Macron d'Agir Contre les Moudjahidins du Peuple

Abrité en banlieue parisienne, le OMK (MKO, OMPI) qui réunit des opposants en exil au président iranien, est depuis longtemps un sujet de discorde entre les deux pays. président iranien...

Du "Sang Contaminé" à La "Réception Des Hypocrites"

Au cours des derniers mois, le gouvernement français a présenté des positions et des déclarations contre l'Iran.

Qu'est-ce Que la Session "Ablution in the Moment" à Tirana

Pour échapper à de telles pressions, certains membres ont préféré ne pas sortir des camps de culte.

Le plus regardé

L'Iran et le Piège des Guerriers Sints

La nouvelle erreur prenant forme réside dans le soutien croissant de l'Occident pour les Moudjahines chiites iraniens qui s'opposent à renverser le régime clérical iranien. Ces personnes se dirigent par...

Le OMK, l'Essence de la Corée du Nord

Les tensions entre la Corée du Nord et les États-Unis ont augmenté dans les derniers jours. Les États-Unis se préparent à toutes les options, y compris une «guerre préventive», pour...

L'Iran et le piège du guerrier sacré

Est-ce que l'Occident est sur le point d'avoir commis la même erreur avec l'Iran qu'il a fait avec l'Afghanistan quand il a soutenu les Moudjahidines sunnites contre les envahisseurs soviétiques?...

Le spectacle de la démocratie dans le culte de Radjavi

L'approche adoptée par le OMK dans les soi-disant élections est si ambiguë que personne ne peut définir le rôle du secrétaire général élu et les différences entre l'autorité d'elle et...

Iran, Accord Nucléaire et Avenir

Le culte, le Modjahedin-e Khalq ou MEK, c'est-à-dire le People's Jihadis, est maintenant en train de repousser une ligne que quelque chose de sinistre se passe à la base militaire...