vue
1 - De l'insurrection populaire a la lutte armee L'histoire de 1'Iran est marquee, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, par une grande instability politique en liaison avec les jeux diplomatico-politico-economiques des puissances etrangeres. . . .
1 - De l'insurrection populaire a la lutte armee L'histoire de 1'Iran est marquee, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, par une grande instability politique en liaison avec les jeux diplomatico-politico-economiques des puissances etrangeres. Rivalisant aupres du gouvernement iranien, Sovietiques, Britanniques et Americains exercent des pressions sur ce dernier pour obtenir des avantages economiques et strategiques en echange d'une aide financiere et militaire. Les Iraniens sont excedes par ces interferences etrangeres dans leurs affaires interieures. Aussi, lorsque Mohamed Mossadegh (1881-1967) propose au Parlement de nationaliser Ie petrole, principale ressource du pays, son action entrame un vaste mouvement d'approbation parmi ses concitoyens.' Des que la loi de la nationalisation du petrole a ete votee par Ie Parlement, en mars 1951, Ie Chah Mohammad Reza Pahlavi nomme Mossadegh, devenu un symbole de la lutte anti-imperialiste, a la tete du gouvernement Les deux hommes ne tardent pas cependant a s'affronter dans une epreuve de force que les puissances etrangeres ne manquent pas d'alimenter. Le boycottage du petrole iranien pendant trois ans prive le pays de revenus considerables, entrainant une agitation populaire. Le bras de fer entre le monarque et le chef du ' gouvernement s'acheve par le "coup d'Etat" d'aout 1953. Le Chah, appuye par les Americains, reprend les renes du pouvoir, demet Mossadegh, musele peu a peu 1'opposition et transforme progressivement le regime en une monarchic absolue. Fervent adepte du modele occidental qu'il croit pouvoir adapter a 1'Iran, le Chah met en route, entre 1956 et 1962, une reforme appelee la Revolution blanche, qui s'adresse en particulier a la population rurale, majoritaire dans le pays. Mais la redistribution des terres et la reforme du statut des femmes provoquent la colere des grands proprietaires fonciers et des religieux. Ces derniers remettent en cause leur ancienne alliance avec Ie regime monarchique et la rupture est definitivement consommee au lendemain de 1'intervention brutale des forces de police dans 1'ecole Feyzia ou enseignait Khomeiny. L'affrontement est desormais ouvert. La tentative du Chah pour faire passer une loi protegeant les experts americains operant dans Ie pays n'arrange guere les choses. Consequence : en 1963, des troubles eclatent dans tout Ie pays, sous la conduite du Mouvement de liberation de 1'Iran (MLI), fonde par Mehdi Bazargan et Sayed Mahmoud Taleghani. Ces troubles, qui sont relayes par les circles religieux, exasperes par la loi sur Ie vote des femmes, la nationalisation des terres et les atteintes aux principes de 1'islam, se soldent par Ie depart, en novembre 1964, de 1'ayatollah Khomeiny en exil en Turquie, puis a Nadjaf, en Irak, et par la repression des milieux de gauche, intellectuels et estudiantins. C'est dans cette atmosphere deletere, savamment entretenue par la Savak, la police politique du Chah, que naTt, a Teheran, en 1965, 1'OMPI, a 1'instigation d'un groupe d'intellectuels issus de la petite bourgeoisie et de jeunes etudiants opposes au regime imperial. Les deux fondateurs officiels du mouvement sont Ali Asghar Badiee Zadegan et Saeed Mohsen. Tirant la lecon de 1'echec du mouvement insurrectionnel de 1963, qui etait de nature essentiellement politique, done pacifiste, 1'OMPI decide, des sa creation, d'adopter une nouvelle forme de combat : la lutte armee. Dans un article intitule « La lutte armee est une necessite historique », paru en novembre 1974 dans Mojahed, organe du mouvement, on lit notamment ceci: « A la question: que faire ?, notre reponse est sans ambages : la lutte armee». « Ce rut un toumant dans 1'histoire contemporaine de 1'Iran. Avant cette date, il n'y a jamais eu d'affrontements armes. Les manifestations contre Ie regime dictatorial du Chah etaient toutes pacifiques. La repression brutale qui s'abattit sur les opposants a incite ces demiers a recourir a la force des armes », explique Mohamed Ahmadi (2), specialiste iranien des mouvements terroristes. Les Moujahidins, qui inscrivent leur combat dans Ie sillage des revolutionnaires algeriens, cubains et vietnamiens, ne tardent pas a envoyer certains de leurs adherents dans des camps de 1'Organisation de liberation de la Palestine (OLP), au Liban et en Syrie, ou ces derniers recoivent un entramement militaire et se familiarisent avec Ie maniement des armes. Durant cette periode d'apprentissage revolutionnaire, leurs theoriciens analysent les raisons de 1'echec des mouvements politiques anterieurs en Iran. 11s identifient cinq raisons fondamentales, qui sont les suivantes: - 1'absence d'une ideologic claire; - 1'absence d'une organisation centrale et de reseaux structures; - 1'absence de soutien populaire; - Ie manque de charisme des leaders; - Ie manque de professionnalisme revolutionnaire de ces derniers; Les Moujahidins n'ont done plus qu'a trouver les remedes adequats a ces lacunes. Us commencent a etablir des contacts avec les membres du clerge chute, dont Ie poids politique ne cesse de grandir. Durant ses premieres annees d'existence, 1'organisation finance ses activites grace aux aides du Bazar (3). Plus tard, ses bureaux a 1'etranger seront charges de la collecte des dons provenant des expatries iraniens, mais aussi de certains pays etrangers. Des membres seront meme assignes a plein temps a cette tache. Bientot, un reseau florissant de compagnies commerciales internationales ayant des activites dans Ie tapis, 1'or et les automobiles apportera des fonds supplementaires. 2 - Materialisme dialectique et islamisme militant L'OMPI, dont 1'ideologic est un melange eclectique de marxisme et d'islamisme, pose Ie materialisme dialectique comme une methode de connaissance et d'action, et 1'islam comme une direction spirituelle. L'un de ses slogans dit ceci : « Le marxisme est une ecole scientifique de lutte et 1'islam un guide ». Ervand Abrahamian definit 1'ideologie de ce groupe comme « une combinaison de themes islamistes, de notions de martyre selon le chiisme, de theories marxistes classiques sur la lutte des classes et le determinisme historique et de concepts neo-marxistes sur la lutte armee, la guerilla et 1'heroTsme revolutionnaire» (4). Parmi les premieres publications de 1'OMPI, un opuscule intitule Etudes sur le marxisme cotoie un autre intitule Comment etudier l'islam Un troisieme est consacre a 1'hegemonie imperiale et a la conspiration imperialiste et un quatrieme explique aux nouveaux members comment creer des cellules clandestines. Toute 1'ideologie du mouvement est resumee dans ces quatre intitules ; marxisme, islamisme, anti-imperialisme et terrorisme. Mohamed Ahmadi met en doute cependant la fidelite de 1'organisation a des orientations ideologiques precises. « L'OMPI, qui se reclame de Karl Marx et de 1'islam, ne ressemble pourtant a aucune autre organisation de type marxiste ou islamiste. C'est un mouvement sournois et opportuniste, qui change constamment de position et allie une ideologic eclectique a une pratique extremiste », dit-il. Les premiers leaders de 1'organisation se reclament, cependant, nommement, de Marx, Lenine, Ho Chi Minh, Che Guevara et Frantz Fanon, ainsi que du penseur contemporain iranien Ali Shariati, leur maitre a penser, qui considere 1'islam, surtout le chiisme, comme un mouvement fondamentalement revolutionnaire. Ali Shariati (1933-1976) est 1'initiateur, dans les annees 1960, d'un mouvement islamiste progressiste novateur, une sorte d'utopie revolutionnaire a connotation islamiste, qui preconise 1'etablissement d'« une societe divine sans classes sociales » et appelle, pour realiser cette utopie, au jihad, ou guerre sainte contre les ennemis de 1'islam, conjuguee a une vaste action de propagande. Cette sorte de «theologie de liberation », qui a eu une grande influence sur la jeunesse des villes et surtout les etudiants et les lyceens, est fondee sur une critique du capitalisme et de 1'imperialisme et une nouvelle interpretation de 1'islam chiite. Ali Shariati preconise une sorte de "troisieme voie", qui ne serait ni celle de 1'Est, ni celle de 1'Ouest, mais celle d'un islam progressiste, eclaire et ouvert sur le monde. II a essaye de demontrer que la "modernisation" sous les Pahlavi n'etait en fait qu'une pure et simple "occidentalisation" qui avait comme resultat la dependence economique et politique de 1'Iran et, comme corollaire, la perte totale de son identite culturelle. A 1'universite de Meched, ou il a enseigne de 1966jusqu'a sa mort en 1976, ses idees ont seduit toute une generation d'etudiants epris de modemite et soucieux de preserver leur identite culturelle et leur independence nationale.

Nouveaux articles

Les Femmes Victimes du Terrorisme Proposent des Recommandations à l'ONU 

 J'étais une fille de 17 ans quand j'ai perdu ma jambe droite du haut du genou dans une explosion de bombe par l'organisation Mujahedin-e Khalq dans le bazar de Téhéran...

Le Culte de Radjavi et l'Obsession du Soutien de Trump ‎ 

Pendant des années, Bolton préconise de bombarder les installations nucléaires iraniennes, soit par Israël, ‎soit aux États-Unis, soit tous deux ", écrit Sahimi. "Il est également un lobbyiste pour l'organisation...

Iran, Accord Nucléaire et Avenir

Le culte, le Modjahedin-e Khalq ou MEK, c'est-à-dire le People's Jihadis, est maintenant en train de repousser une ligne que quelque chose de sinistre se passe à la base militaire...

Grosses Violations des Droits de l'Homme en Albanie

Les anciens membres, qui n'ont aucun revenu et aucun soutien familial à l'étranger pays, se sont plaints du HCR en Albanie (RAMSA) et d'autres organismes officiels dans ce pays. Les...

Le spectacle de la démocratie dans le culte de Radjavi

L'approche adoptée par le OMK dans les soi-disant élections est si ambiguë que personne ne peut définir le rôle du secrétaire général élu et les différences entre l'autorité d'elle et...

Le plus regardé

Soutenir les OMK de Crimes de Guerre à Alep

A propos de la guerre de roquettes aveugle contre des civils décrite comme une victoire par le MeK, de Mistura a déclaré: "Ceux qui prétendent que cela...

John Bolton,Appelle à un Changement de Régime en Iran

Bolton a participé à des rassemblements à l'appui des Mujahedeen -e-Khalq (MEK), un groupe dissident iranien exilé que les États-Unis classés comme une organisation terroriste jusqu'en 2012...

La Sensibilisation au OMK est le Pire Mouvement Possible

La rhétorique de l'OMK à propos de la démocratie peut être séduisante, mais si l'objectif de l'administration Trump est de contenir, d'affaiblir, et de rouler l'influence de...

Bouclier Humain, Outil Utile Pour les Mojahedin Khalq et ISIS

Un coup d'œil sur les médias de propagande du groupe démontre son empressement à être la voix de l'Arabie saoudite Contre l'Iran. Certainement, ISIS et les rebelles syriens sont...

L'Iran et le Piège des Guerriers Sints

La nouvelle erreur prenant forme réside dans le soutien croissant de l'Occident pour les Moudjahines chiites iraniens qui s'opposent à renverser le régime clérical iranien. Ces personnes se dirigent par...