vue

Pour être crédibles et efficaces dans leurs relations avec l'Iran, les pays de l'Union européenne doivent se distancer de toute tolérance ou soutien à des groupes terroristes tels que Mojahedin-e Khalq de Maryam Radjavi qui appellent à un changement de régime violent contre l'Iran. La députée européenne Ana Gomes a souligné.

Dans une semaine où le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, et la responsable de la politique étrangère de l'Union européenne, Federica Mogherini, ont tous deux prononcé des discours sur l'accord nucléaire iranien, le président Donald Trump n'a pas fait l'effort de comprendre comment l'accord est arrivé et ce qu'il dit réellement. Sa «politique» apparente est de l'abandonner et de trouver une meilleure entente. Mais rien n'indique comment cela se produirait. Le délai de 60 jours pour que le Congrès vote pour réimposer les sanctions adoptées le 12 décembre.

Les tweets de Trump sur la politique étrangère sont maintenant largement analysés par les partisans de la politique étrangère dans le cadre d'une politique de «bluff et fanfaronnade» visant à détourner l'attention de tout ce dont il pourrait avoir à répondre. La décision de Trump de ne pas certifier la conformité de l'Iran à l'accord en octobre a créé l'incertitude n'était pas le leadership. Au lieu de cela, une sorte de faiblesse américaine est exposée à tous.

Cela a donné l'occasion à l'Union européenne de faire un pas dans le vide. L'UE est totalement unie dans son soutien à l'accord nucléaire. Le JCPOA est considéré comme un engagement contraignant, comme point de départ, de toutes les parties à partir desquelles commencer à aborder d'autres questions en suspens.

Ces questions incluent le programme de missiles de l'Iran, mais aussi les droits de l'homme et l'influence régionale.

Actuellement, il n'y a pas de consensus entre le P5 + 1 original sur la façon de traiter avec l'Iran. Une affirmation non prouvée par l'ambassadeur des Nations Unies, Nikki Haley, selon laquelle l'Iran fournirait des missiles balistiques aux Houthis au Yémen pourrait exciter les Etats-Unis et l'Arabie Saoudite mais la position de la Russie est que les missiles ne faisaient jamais partie du JCPOA convenu en juillet 2016.

Alors qu'ils ont peut-être été d'accord avec l'Europe et l'Amérique sur la question nucléaire, l'aide militaire de la Russie au dirigeant syrien Assad aux côtés de l'Iran le met en désaccord avec les positions européennes et américaines. Et la Chine entretient de bonnes relations commerciales avec l'UE et l'Iran et ne voudra probablement pas perturber cet équilibre pour ce qui semble être des bagarres idéologiques colériques américaines.

L'UE, dans un effort pour combler et naviguer cette violation difficile afin d'affirmer le leadership nécessaire pour de nouvelles négociations sur l'Iran, a choisi de frapper le terrain moral. Essentiellement, les Européens croient que l'Amérique manque de crédibilité sur les droits de l'homme en raison de son soutien à la peine de mort. Cela vaut également pour la Russie et la Chine. Dans ses relations avec d'autres pays, l'UE soulève toujours la question des droits de l'homme affirmé Mogherini. L'UE est à la tête du monde à cet égard.

L'UE estime également que la question nucléaire est résolue. L'Iran se conforme à ses termes et sous une inspection rigoureuse de l'AIEA, l'Iran ne pourra pas sortir. Pour cette raison, l'idée de déchirer un accord qui a pris douze ans à courtier est ridicule. Cela porterait atteinte à la crédibilité de l'AIEA à un moment où elle sera nécessaire à l'avenir pour d'autres crises nucléaires, notamment en Corée du Nord.

La plainte des États-Unis selon laquelle d'autres questions - comme les missiles - n'ont pas été incluses est fallacieuse. Le point de départ de l'Iran pour les négociations était que tout devrait être sur la table. Cependant, lorsque des questions telles que fournir des armes chimiques à Saddam Hussein pendant la guerre Iran-Irak ou des violations des droits de l'homme ont été évoquées comme points de discussion possibles, ce sont les États-Unis et les pays du Golfe qui s'y sont opposés.

Alors que les Etats-Unis s'opposent à l'implication de l'Iran dans les conflits régionaux, il est malhonnête pour ses porte-parole d'ignorer le rôle de l'Amérique dans les conflits de l'Irak, de la Syrie, du Yémen et d'Israël. Les politiciens européens sont plus audacieux et honnêtes. Pour être crédibles et efficaces dans leurs relations avec l'Iran, les pays de l'Union européenne doivent se distancer de toute tolérance ou soutien à des groupes terroristes tels que Mojahedin-e Khalq de Maryam Radjavi qui appellent à un changement de régime violent contre l'Iran. L'eurodéputée Ana Gomes (membre du parlement européen) a souligné une récente violation de la sécurité liée à la visite de Radjavi au Parlement européen lorsque des agents du MEK ont mené une attaque planifiée contre deux de leurs détracteurs au parlement.

Cette nouvelle confiance retrouvée en Europe est en contradiction directe avec - et probablement une conséquence - des positions politiques dysfonctionnelles et chaotiques émanant de l'administration Trump. En l'absence de toute politique réelle envers l'Iran, le but de Trump semble simplement être aussi perturbateur que possible. En revanche, l'Union européenne a une position clairement exprimée et a maintenant annoncé son intention de prendre la tête des négociations diplomatiques visant à amener l'Iran à modifier son comportement en matière de droits de l'homme et ses stratégies militaires.

Nouveaux articles

Implications Potentielles et Préoccupations en Matière de Sécurité pour l'Albanie

 Canal 4, une agence de presse britannique réputée, s'est récemment rendue en Albanie pour faire de même. L'équipe de tournage a été accueillie par des forces de sécurité privées hostiles...

Coordination Etats-Unis, MEK et Ahwazia

La rhétorique du président américain Donald Trump sur le soutien au peuple iranien a toujours été vaine, mais promouvoir quelqu'un qui partage les vues de Bolton avec les plus hauts...

La Victoire Déplaisante du Nationalisme OMK

L’administration MEK de l’administration Trump a participé au rassemblement annuel du groupe à Paris ce week-end: Daniel Larison (CONSERVATEUR AMÉRICAIN 02 JUILLET 2018) Giuliani s’est entretenu avec le Conseil national de la...

La Victoire Déplaisante du Nationalisme OMK

Les fans de l’administration MEK de l’administration Trump ont participé au rassemblement annuel du groupe à Paris ce week-end: ... . Daniel Larison(CONSERVATEUR AMÉRICAIN 02 JUILLET 2018)  Giuliani s’est entretenu avec le...

Simulant le Débat en Ligne sur l'Iran

Comment les guerriers du clavier ciblent les journalistes, les universitaires et les activistes qui privilégient le dialogue plutôt que la guerre avec l'Iran ... . AL JAZEERA 17 SEPTEMBRE 2018 Le mois...

Le plus regardé

Mort Terroriste en 2015

Le reportage a indiqué qu'Ali Motamed était en fait une nouvelle identité pour Mohammad-Reza Kolahi Samadi, qui est tenu pour responsable pour l'attentat à la bombe de 1981 contre le...

Est-ce que MEK / Jundullah est l'ISIS de Demain?

On pourrait penser que les Etats-Unis auraient appris maintenant, que ce n'est jamais une bonne idée d'armer des groupes terroristes dans différentes parties du monde, en raison de l'inévitable "retour...

John Bolton , Défenseur de Zion, Promoteur du Terrorisme MEK

La nomination de John Bolton à titre d'adjoint du président, conseiller à la sécurité nationale, a suscité la controverse en raison de ses liens passés avec le groupe terroriste MEK...

Rudy ,Albanie et Changement de Régime de l'Iran

Mujahideen-e Khalq (MEK) est un groupe notoire d'exilés iraniens qui semble avoir un soutien quasi nul en Iran, mais qui entretient depuis des années des liens significatifs avec les défenseurs...

Nous n’avons aucune vocation à nous mêler de ce qui ne nous regarde pas

Entretien avec Yves-Bonnet Supporter de Mudjahedin-e khalq(OMK) et ancien patron de la DST